Revues culturelles

Les revues de livres

Lire est peut-être ma plus grande passion. J'ai toujours eu plein de livres et si je ne les eusse prêtés aussi souvent j'en aurais certainement beaucoup plus. Mais enfin, il faut bien faire profiter les autres de ce que l'on a. Et puis les livres qui ne sont pas revenus du prêt n'étaient généralement pas des chefs d'œuvre, donc ce n'est pas bien grave.

Lire est peut-être ma plus grande passion. J'ai lu de tout, de bons livres et des mauvais; des livres passionnants et des livres ennuyeux; des livres populaires et des ouvrage méconnus. Le soin avec lequel j'ai toujours traité mes livres est inversement proportionnel à la sévérité avec laquelle je juge leurs contenus: autant je me donne beaucoup de peine pour conserver mes livres dans leur état neuf ou presque neuf, autant je secoue, je broie, je hache et j'essore leurs textes à la recherche de chaque miette de message de la part de l'auteur.

Lire est peut-être ma plus grande passion. Si un écrivain a pris la peine de prendre son plumeau et de m'écrire, c'est comme s'il avait décidé de rédiger une lettre et de me l'envoyer. Cette charmante attention mérite toute ma concentration. J'efface chaque bruit de mon environnement, j'oublie le téléphone et le ménage, je dédie toutes mes facultés à l'œuvre de mon interlocuteur d'antan et je réfléchis à comment je vais vous raconter tout ce que je lis dans ma prochaine revue de livre et de littérature.

Lire est peut-être ma plus grande passion. Et voici ce que j'en fais: j'offre le plus grand respect au livre lui-même, ma gratitude à son auteur (sauf quand je découvre qu'il a écrit de bien vilaines choses) et mon regard critique à son texte et à ses messages. La sévérité qui est l'une des dominantes de mes revues de livres est aussi un service pour toi, cher lecteur, car c'est cette même sévérité qui te permet de lire ma revue de livres sans aucun risque de partialité, d'adulation, de complaisance ou de banalité. Sache en profiter!

Index du Site